SOPHROLOGIE AVEC PASCAL BORDILLON

 Rencontre avec Pascal Bordillon, notre nouvel intervenant en sophrologie qui nous parle avec passion de son métier.

Il remplace désormais Audrey Orgnon-Breyton et dispense ses séances de sophrologie tous les mercredis et vendredis à l’Union Saint-Jean !

USJ : Bonjour Pascal, pouvez-vous nous décrire votre parcours ?

J’ai rencontré la sophrologie il y a 30 ans par ce qu’on appelle le hasard, mais tout-à-fait au bon moment. Je prenais des cours de chant et ma professeure m’a suggéré d’atténuer quelques tensions physiques et psychologiques (semble-t-il apparentes) avec son mari qui était sophrologue. A cette époque, je peux dire que j’étais vraiment mal dans ma peau et mal dans mon existence. La sophrologie a été le creuset d’un changement profond, avec la sensation de rebondir pour remonter à la surface. J’ai travaillé avec ce sophrologue pendant un an et demi, toutes les semaines.

Depuis ce temps-là, j’ai pratiqué régulièrement la sophrologie « en solitaire », en tout cas avec ce que j’en avais retenu en tant que sophronisant (c’est-à-dire celui qui pratique auprès d’un sophrologue). Néanmoins, en 2012, j’ai décidé d’aller plus loin, en me donnant les moyens d’offrir à d’autres la possibilité de vivre cette rencontre, cette même opportunité.

Il se trouve qu’il y a à Bordeaux une école réputée (L’institut de sophrologie existentielle de Bordeaux Aquitaine, ISEBA) qui forme des sophrologues avec beaucoup de rigueur, de richesse dans l’enseignement et qui joue un rôle important dans le processus de reconnaissance du métier de sophrologue en France et en Europe.

Je me suis donc inscrit à cette école qui m’a délivré un diplôme de Sophrologue-Praticien au terme de deux ans d’études.

J’exerce aujourd’hui sur rendez-vous, en cabinet, auprès d’une association de soutien aux personnes bipolaires et avec grand plaisir à la maison de quartier Union Saint-Jean.

USJ : Quelle est votre vision de la sophrologie et comment peut-elle nous aider au quotidien ?

Je suis passionné par la sophrologie et par conséquent ce que je vais dire peut surprendre : la sophrologie n’est pas ce qui est important. La sophrologie, le sophrologue, sont juste des moyens pour se découvrir ou se redécouvrir, évoluer et être plus fort, plus épanoui ; non pas avec des moyens extérieurs mais avec nos ressources intérieures que l’on n’imagine pas au départ de la pratique. Ce qui m’étonne encore c’est la simplicité apparente des éléments de cette pratique (la respiration, la conscience, les postures,…) au regard de son impact et des évolutions profondes chez les pratiquants. Ce qui m’amène à compléter ma première assertion : la sophrologie n’est pas ce qui est important… mais elle est géniale ! Car tout-à-fait adaptée à la vie d’aujourd’hui et à ce que nous sommes en tant qu’occidentaux : on vient comme on est, socialement, intellectuellement, physiquement, psychologiquement,… et hop la séance peut commencer et il se passe rapidement quelque chose.

Il est important de bien choisir son ou sa sophrologue, comme dans toute pratique à visée thérapeutique, le sophronisant doit se sentir tout le temps libre, accueilli, respecté, jamais jugé. A part vous inspirer confiance, le sophrologue doit être ressenti comme quelqu’un d’ordinaire et accessible. Le lieu de la pratique doit être dépourvu d’attributs « relaxants » (musique douce, lumière tamisée, parfums, accessoires, décoration et objets particuliers) car l’essentiel n’est pas là (du tout !).

Sinon comment se sentir relaxé dans la trivialité de tous les jours si l’on a besoin de ces attributs ? La sophrologie nous aide à vivre le réel. Bien sûr, en évoluant intérieurement, notre environnement évoluera aussi : l’environnement humain, les relations, les opportunités, tout cela s’ouvre différemment à nous, avec plus de force et de variété. Mais il y a aussi ce que nous avons tous à traverser en tant qu’êtres humains : les contrariétés, les deuils, les problèmes de tous ordres. La sophrologie fait une grande différence dans la manière de vivre ces moments difficiles. On peut de plus en plus les traverser en restant centré, stable, disponible pour l’action et pour les autres, en faisant la part des choses, et pourtant sans perdre sa sensibilité, sa capacité d’empathie. Au contraire, la sophrologie c’est aussi un plaisir qu’on se donne, une manière de vivre son existence. La sophrologie est une thérapie, mais peut se pratiquer aussi sans être en détresse, pour le plaisir de se vivre en évolution.

USJ : La sophrologie est-elle accessible à tous ?

Absolument. C’est un point fort fondamental de la sophrologie. Eventuellement, c’est au sophrologue de s’adapter à toutes les conditions particulières (capacités physiques, âges de la vie, vécu actuel ou passé, groupes sociaux ou professionnels,…). Le sophrologue peut être amené à proposer des séances adaptées en mode individuel, permettant ainsi la prise en compte de certaines conditions (contraintes physiques ou psychologiques, nécessité d’un espace très confidentiel,…). La séance individuelle ou collective est par ailleurs un choix pour tout sophronisant.

La sophrologie n’écarte aucun type d’objectif : professionnel, sportif, thérapeutique, pour préparer un événement (maternité, accouchement, examens, moments décisifs,…), pour un développement personnel. Elle n’interfère pas avec les croyances philosophiques et religieuses de chacun. Enfin, non seulement elle n’interfèrera jamais avec les décisions de votre médecin ou avec un éventuel travail en cours avec un psychothérapeute, mais permet d’agir ensemble de manière complémentaire et dynamisante.

Tarif étudiant : – 20% (sur présentation de la carte).
Première inscription au sein de la Maison de Quartier : – 30% sur la cotisation de l’activité.
Séance de découverte gratuite.

Mercredi de 18h30 à 19h45 – Salle de Yoga.
Vendredi de 18h30 à 19h45 – Salle de Yoga.
Pendant les périodes de vacances : arrêt des activités.
Fin de saison – vendredi 29 juin 2018.

Plus d’informations sur le site de l’Union Saint-Jean 

2017-11-30T16:11:15+00:00 26 novembre, 2017|Sports & Bien-être, Union Saint-Jean|0 commentaire